Lettre hebdo n°2 PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Laurent ROUZIERE   
Jeudi, 20 Septembre 2018 16:01

LETTRE HEBDO N°2
du 13/09/2018


ADRESSE
59 rue Raymond Sommer
81000 ALBI

permanence tous les jeudis

mobile : 07 82  92 82 71
mail :  Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
http://sudeducation81.fr











1. Évaluations CP et CE1

La mise en concurrence des écoles est plus que jamais en marche…
et la liberté pédagogique des collègues de plus en plus bafouée.

Des évaluations nationales corrigées automatiquement permettraient de cerner au plus près les besoins de chaque élève afin de leur apporter une aide personnalisée. De qui se moque-t-on ?

Comment prétendre personnaliser l'aide en classe, à partir de tests imposés sans le consentement des équipes pédagogiques, avec des effectifs surchargés ? L’enseignant-e n’est donc pas à même de mesurer au jour le jour dans sa classe les progrès de chacun-e de ses élèves ?

Ce dont les écoles, les enseignant.es, les élèves ont besoin,
comme SUD éducation le revendique, ce sont : – la diminution des effectifs dans toutes les classes.
la remise en place des RASED complets dans toutes les écoles

Face à un gouvernement rétrograde et autoritaire, SUD éducation Tarn défend la liberté pédagogique de chacun.e ! C’est notre expertise professionnelle qui permet à chaque élève de progresser. Il n’y a pas de recette ou de méthode miracle, les élèves ne sont pas des machines !
Mettons en évidence notre connaissance du terrain, de nos classes et de nos élèves.

Réfléchissons en équipe, construisons nos outils ensemble.
Nous ne sommes pas de simples exécutant-e-s.
Réaffirmons notre professionnalisme !

La coopération et la solidarité entre collègues aussi bien qu’entre les élèves est beaucoup plus efficiente que la mise en concurrence. Il existe des études qui le montrent mais étrangement, beaucoup moins médiatisées que les consignes ministérielles.

  • Pour exemple : les travaux d’Edith Galy, professeure des universités en psychologie ergonomique et à l’ESPE de Nice. Ceux-ci portent sur les effets néfastes de la compétition entre élèves : baisse de motivation, influence négative sur l’estime de soi et augmentation du stress.

Alors pourquoi ces évaluations ?

Dans un contexte d'autonomisation accrue des établissements, on voit très bien quelle pourrait être l'utilité de telles évaluations : classer les établissements, les écoles et les équipes pédagogiques en fonction des résultats ! Loin d'être réservées à un usage interne, ces mesures participent au renforcement des inégalités territoriales en imposant progressivement une «culture du résultat » qui permettrait de distribuer les bons et les mauvais points aux équipes enseignantes :

  • La mise en place de la prime REP+ au mérite ;

  • La mise en place au 1er trimestre 2019 d’une évaluation des établissements.

  • Le salaire au mérite tant souhaité et vanté par Mr Blanquer.

SUD éducation Tarn appelle les conseils des maîtres à se prononcer collectivement sur le refus de ces évaluations.
Ne laissons pas les enseignant-e-s concerné-e-s par la passation de ces évaluations seul-e-s face à ces attaques.

SUD éducation Tarn appelle les personnels à ne pas les faire passer
et/ou à ne pas les faire remonter.

Pour lire le communiqué de la fédération SUD Éducation, c’est ici.

2. Statut des enseignant-e-s : où en est-on des projets de réforme ?

Le gouvernement a annoncé dans un communiqué du 2 août vouloir « revoir la place du concours ». Concrètement, d’après une réponse adressée à la Cour des comptes début juin par les ministres de l’Education nationale et de l’Enseignement supérieur et de la recherche, il s’agit d’avancer l’épreuve d’admissibilité au niveau licence, sans donner de précision sur les épreuves d’admission. L’objectif semble être de faire évoluer le recrutement des enseignant-e-s du modèle du concours vers le modèle de l’examen suivi d’un recrutement direct par la hiérarchie immédiate. Cela entrerait en cohérence avec la suppression des commissions paritaires et le développement de la « gestion des ressources humaines de proximité », que le gouvernement vante tant par ailleurs.

Mobilité sur profil, rémunération au mérite, casse du concours : nul besoin finalement de la création d’un nouveau corps pour exploser les statuts.

La fédération SUD Éducation dénonce en bloc les projets du gouvernement et appelle les personnels à construire une mobilisation d’ampleur.

3. Fusion des académies : territorialisation et attaque sur les statuts

Le ministère de l’Éducation nationale a publié au mois de mai un rapport préconisant la fin des académies actuelles pour arriver à 13 académies copiées sur les Régions actuelles. Pour notre Région, cela signifie la fusion des académies de Montpellier et de Toulouse.Il ne s'agit que d'un rapport mais celui-ci est explicitement soutenu par le ministre de l’Éducation nationale : ces fusions sont donc bel et bien à l'ordre du jour pour une échéance 2019/2020.Pour plus d’informations, lire le communiqué de la fédération SUD Éducation.

 

4. Marche pour la forêt

Nos camarades du SNUPFEN-Solidaires (personnel de l'ONF) organisent une "marche pour la forêt" jusqu'au 25 octobre, au départ de Mulhouse, Perpignan, Strasbourg ou Valence, pour converger vers la forêt du Tronçais dans l'Allier.
Ceux de Perpignan traverseront le Tarn du 25/09 (Mazamet) au 02/10 (Laparrouquial). On peut s'inscrire sur le site https://marche-pour-la-foret.webnode.fr/ pour participer à une ou plusieurs étapes de la marche ou pour proposer hébergement aux marcheurs ou appui logistique aux organisateurs.


sudtarn

jeu. 13 sept. 14:13 (Il y a 7 jours)


À
LETTRE HEBDO N°2

du  Jeudi  13  Septembre 2018

59 rue Raymond Sommer
81000 ALBI


mobile : 07 82  92 82 71
mail : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
http://sudeducation81.fr






1. Évaluations CP et CE1

La mise en concurrence des écoles est plus que jamais en marche…
et la liberté pédagogique des collègues de plus en plus bafouée.

Des évaluations nationales corrigées automatiquement permettraient de cerner au plus près les besoins de chaque élève afin de leur apporter une aide personnalisée. De qui se moque-t-on ?

Comment prétendre personnaliser l'aide en classe, à partir de tests imposés sans le consentement des équipes pédagogiques, avec des effectifs surchargés ? L’enseignant-e n’est donc pas à même de mesurer au jour le jour dans sa classe les progrès de chacun-e de ses élèves ?

Ce dont les écoles, les enseignant.es, les élèves ont besoin,
comme SUD éducation le revendique, ce sont :
la diminution des effectifs dans toutes les classes.
la remise en place des RASED complets dans toutes les écoles

Face à un gouvernement rétrograde et autoritaire, SUD éducation Tarn défend la liberté pédagogique de chacun.e ! C’est notre expertise professionnelle qui permet à chaque élève de progresser. Il n’y a pas de recette ou de méthode miracle, les élèves ne sont pas des machines !
Mettons en évidence notre connaissance du terrain, de nos classes et de nos élèves
.

Réfléchissons en équipe, construisons nos outils ensemble.
Nous ne sommes pas de simples exécutant-e-s.

Réaffirmons notre professionnalisme !

La coopération et la solidarité entre collègues aussi bien qu’entre les élèves est beaucoup plus efficiente que la mise en concurrence. Il existe des études qui le montrent mais étrangement, beaucoup moins médiatisées que les consignes ministérielles.

  • Pour exemple : les travaux d’Edith Galy, professeure des universités en psychologie ergonomique et à l’ESPE de Nice. Ceux-ci portent sur les effets néfastes de la compétition entre élèves : baisse de motivation, influence négative sur l’estime de soi et augmentation du stress.

Alors pourquoi ces évaluations ?

Dans un contexte d'autonomisation accrue des établissements, on voit très bien quelle pourrait être l'utilité de telles évaluations : classer les établissements, les écoles et les équipes pédagogiques en fonction des résultats ! Loin d'être réservées à un usage interne, ces mesures participent au renforcement des inégalités territoriales en imposant progressivement une «culture du résultat » qui permettrait de distribuer les bons et les mauvais points aux équipes enseignantes :

  • La mise en place de la prime REP+ au mérite ;

  • La mise en place au 1er trimestre 2019 d’une évaluation des établissements.

  • Le salaire au mérite tant souhaité et vanté par Mr Blanquer.

SUD éducation Tarn appelle les conseils des maîtres à se prononcer collectivement sur le refus de ces évaluations.
Ne laissons pas les enseignant-e-s concerné-e-s par la passation de ces évaluations seul-e-s face à ces attaques.

SUD éducation Tarn appelle les personnels à ne pas les faire passer
et/ou à ne pas les faire remonter.

Pour lire le communiqué de la fédération SUD Éducation, c’est ici.

2. Statut des enseignant-e-s : où en est-on des projets de réforme ?

Le gouvernement a annoncé dans un communiqué du 2 août vouloir « revoir la place du concours ». Concrètement, d’après une réponse adressée à la Cour des comptes début juin par les ministres de l’Education nationale et de l’Enseignement supérieur et de la recherche, il s’agit d’avancer l’épreuve d’admissibilité au niveau licence, sans donner de précision sur les épreuves d’admission. L’objectif semble être de faire évoluer le recrutement des enseignant-e-s du modèle du concours vers le modèle de l’examen suivi d’un recrutement direct par la hiérarchie immédiate. Cela entrerait en cohérence avec la suppression des commissions paritaires et le développement de la « gestion des ressources humaines de proximité », que le gouvernement vante tant par ailleurs.

Mobilité sur profil, rémunération au mérite, casse du concours : nul besoin finalement de la création d’un nouveau corps pour exploser les statuts.

La fédération SUD Éducation dénonce en bloc les projets du gouvernement et appelle les personnels à construire une mobilisation d’ampleur.

3. Fusion des académies : territorialisation et attaque sur les statuts

Le ministère de l’Éducation nationale a publié au mois de mai un rapport préconisant la fin des académies actuelles pour arriver à 13 académies copiées sur les Régions actuelles. Pour notre Région, cela signifie la fusion des académies de Montpellier et de Toulouse.Il ne s'agit que d'un rapport mais celui-ci est explicitement soutenu par le ministre de l’Éducation nationale : ces fusions sont donc bel et bien à l'ordre du jour pour une échéance 2019/2020.Pour plus d’informations, lire le communiqué de la fédération SUD Éducation.

 

4. Marche pour la forêt

Nos camarades du SNUPFEN-Solidaires (personnel de l'ONF) organisent une "marche pour la forêt" jusqu'au 25 octobre, au départ de Mulhouse, Perpignan, Strasbourg ou Valence, pour converger vers la forêt du Tronçais dans l'Allier.
Ceux de Perpignan traverseront le Tarn du 25/09 (Mazamet) au 02/10 (Laparrouquial). On peut s'inscrire sur le site https://marche-pour-la-foret.webnode.fr/ pour participer à une ou plusieurs étapes de la marche ou pour proposer hébergement aux marcheurs ou appui logistique aux organisateurs.

Mise à jour le Jeudi, 20 Septembre 2018 16:10