CTSD du 11/03/2013 PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Laurent ROUZIERE   
Mercredi, 13 Mars 2013 08:03

Déclaration au CTSD du 11 mars 2013


Monsieur le Directeur académique,


Pour SUD Education, le projet de refondation de l’Ecole ne présage aucun changement profond. Les principales réformes de la droite sont entérinées, le budget réel de fonctionnement du Ministère de l’Education augmente moins que l’inflation et le nombre de recréation de postes avoisinera au plus 9000.

La rentrée 2013 s’annonce donc à nouveau très difficile pour les enseignants du Tarn. Certes le Tarn se voit doter de 42 ETP (dont 27 postes fermes),mais c’est insuffisant pour faire face à l’augmentation des effectifs en collège et lycée et pour améliorer l’encadrement des élèves.

Les collèges qui accueilleront près de 200 élèves supplémentaires n’obtiennent que 13 ETP. Les effectifs pléthoriques vont donc se maintenir dans la majorité des collèges  (22 sur 31), 30 étant le seuil d’ouverture d’une classe. La fermeture de 3 divisions en Segpa n’améliorera pas non plus les conditions d’enseignement et de réussite d’élèves pour qui cette voie représente la seule alternative au décrochage scolaire.

L’attribution de 26 ETP aux lycées ne rend pas leur situation plus enviable. Là encore les moyens sont insuffisants pour améliorer de manière significative l’encadrement des élèves et assurer leur réussite au bac.

Pour illustrer les conséquences des dernières années de suppressions de postes, vous n’êtes pas sans ignorer les difficultés rencontrées dans le département en terme de remplacement au cours de cette année. Le recours aux personnels précaires n’est pas une solution, notamment lorsqu’on s’éloigne de Toulouse.........



 


Nous tenons également à vous rappeler la situation très délicate des enseignants qui doivent assurer les nouvelles épreuves de langues vivantes au baccalauréat. Le déroulement de ces épreuves posent de graves problèmes, tant sur le fond que sur la forme. Imposée contre l’avis majoritaire des enseignants elles se traduisent par un accroissement considérable de la charge de travail des personnels et conduisent à une désorganisation importante des établissements.

Ces conditions sont d’autant plus insupportables pour les personnels qu’elles s’inscrivent dans une politique de développement du contrôle en cours de formation qui affaiblit le caractère national du baccalauréat et met en péril l’égalité des candidats devant l’examen.

SUD Education revendique toujours:


  • une diminution des effectifs par classe pour aider les élèves à progresser dans le cadre du groupe classe et pouvoir prendre en compte l’hétérogénéité des élèves ( parmi lesquels se trouvent par exemple des ULIS )
  • un nombre suffisant de postes pour permettre la constitution de classe ne dépassant 25 élèves
  • des DGH suffisantes permettant de restituer aux disciplines les horaires perdus au gré des dispositifs créés puis supprimés tels que les IDD
  • l’augmentation du nombre de surveillants, personnels administratifs, médecins scolaires, assistantes sociales …
  • le maintien des conseillers d’orientation psychologues dans l’Education nationale
  • l’arrêt du recrutement de personnels précaires et leur titularisation
  • un bilan des dispositifs mis en place ces dernières années (note de vie scolaire, ECLAIR, accompagnement éducatif…) en termes de moyens, d’effets sur les élèves…
  • et surtout le retrait du projet de refondation de l’Ecole et une vraie concertation.
En pièce jointe, le compte-rendu de ce CTSD.
Fichiers joints:
Télécharger ce fichier (CR du CTSD 2d degré du 11 mars 2013.doc)CR du CTSD 2d degré du 11 mars 2013.doc[ ]23 Kb
Mise à jour le Mardi, 19 Mars 2013 12:58