Sud EDUCATION TARN

Bienvenue sur le site de SUD éducation section du Tarn.

Retrouvez régulièrement toutes les informations du syndicat.

Un espace membres est accessible après connexion.


Bonne visite!

 
Lettre Hebdo n°8 PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Laurent ROUZIERE   
Jeudi, 17 Octobre 2019 09:41


LETTRE HEBDO N°8

du 17 octobre 2019

59 rue Raymond Sommer
81000 ALBI


mobile : 07 82  92 82 71
mail :  Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
http://sudeducation81.fr



poisson2.jpg - 7.06 Kb

NON au racisme et à l’islamophobie

Depuis plusieurs jours, suite à l’invective par un conseiller régional d’extrême droite lors de l’assemblée régionale de Bourgogne Franche Comté d’une mère voilée accompagnant la classe de son fils lors d’une sortie scolaire, les médias tournent à nouveau en boucle sur la compatibilité du voile avec la loi, la République, nos modes de vies etc.

Lire ici le communiqué de Solidaires

Le Conseil Constitutionnel consacre le principe de gratuité de l’enseignement supérieur


Une bataille est gagnée dans l’opposition menée contre la hausse des frais d’inscription pour les étudiant.e.s étrangers-étrangères.

On reste cependant vigilant.e.s pour la suite.

Lire sur le site Université ouverte le communiqué du collectif qui a plaidé devant le Conseil Constitutionnel pour défendre cette gratuité.

C’est ici.

 

Le droit à l’école pour tous les enfants

 

Un lien pour télécharger le petit guide juridique et militant produit par différents collectifs, associations et organisation syndicales.

 

A lire absolument.

 

C’est ici

 

Régularisation de Moustapha Gueye, notre collègue contractuel de l’académie de Montpellier, menacé d’expulsion : seule la lutte paie

Après 15 jours d’intense mobilisation, l’OQTF prononcée à l’encontre de Moustapha Gueye est enfin levée. Reçue le 14 septembre, cette obligation de quitter le territoire arrivait à son terme ce 14 octobre. Les personnels des collèges Gérard Philipe et Arthur Rimbaud où travaille actuellement Moustapha, ainsi que le collège de Pérols où il travaillait l’année dernière, se sont massivement mis·es en grève, rejoints par des parents et des élèves.

Lire le communiqué de Sud éduc 34



Rentrée des PIAL : une dégradation des conditions de travail des AESH

Cette rentrée est marquée par des changements d’organisation du travail pour de nombreux-ses accompagnant-es d’élèves en situation de handicap (AESH) : la mise en place de Pôles inclusifs d’accompagnement localisés (PIAL). Instaurés par les circulaires du 5 juin 2019 portant sur l’école inclusive et le statut des AESH, il s’agit d’une mutualisation des moyens humains sur un ou plusieurs établissements. Les premières remontées des collègues en poste sur des PIAL montrent qu’il s’agit bien pour le gouvernement de rentabiliser les moyens humains au prix d’une dégradation des conditions de travail et d’accueil des élèves en situation de handicap.


Lire le communiqué de Sud éduc

 

Soirée de soutien au quartier d’Exarcheia, Grèce

vendredi 15 novembre 2019 à partir de 19h30

LIEU

L’ESCALE - Latitude nature :

Le Fournies 81350 Andouque

 

Plan d'accès : De Valdériès, prendre direction Valence d'Albigeois sur la D91, en haut de la grande montée tourner à gauche au panneau "L'Escale", le Fournies, faire 1km et le parking sera indiqué.

GPS : Latitude : 44.0243 | Longitude : 2.29

 

Venez découvrir un nouveau lieu associatif.

Il pourra faire frais, amenez un plaid pour plus de confort.

 

 

participation libre et solidaire

auberge espagnole à partir de 19h30

(amenez de quoi partager)

présentation d’extraits du film Sur la route d’Exarcheia, de Eloïse Lebourg et Maxime Gatineau, qui retrace l’arrivée, le 28 mars 2017 d’un convoi solidaire de 26 fourgons.

 

en présence de Maud et Yannis Youlountas réalisateur et réalisatrice de plusieurs films sur la Grèce

discussion et témoignages de personnes qui se sont rendues sur place, pour rendre compte de la situation actuelle

bar sur place

 

Rassemblement en soutien au peuple Kurde : aujourd’hui à 17h30 place du Vigan à Albi

L’invasion turque est synonyme de massacres, de nettoyage ethnique, de drames humanitaires… Elle va enliser la Syrie dans une guerre encore plus profonde et provoquer un exode massif de la population civile.

L’invasion de cette région par la Turquie crée les conditions propices à la réactivation de Daesh qui redeviendra une menace grave pour le Moyen Orient, l’Europe et le monde entier.

Les Kurdes ont été les seuls à se battre au sol contre Daesh, ils ont déjà perdu 11 000 combattantes et combattants. Ils ont développé dans la région un système politique fondé sur la démocratie, le pluralisme et l’égalité des genres, ils ne représentent une menace pour personne, ils ne demandent qu’à vivre libres en paix.

Nous demandons aux organisations internationales et européennes de prendre contre le régime d’Erdogan toutes les sanctions diplomatiques et économiques nécessaires pour le faire renoncer à l’invasion et au nettoyage ethnique au Nord de la Syrie.

Les organisations soussignées appellent les Tarnais.es à se rassembler sur le Vigan à Albi

Jeudi 17 octobre à 17h30.

* Rojava = territoire Kurde de Syrie

Premiers signataires :

Comité de soutien tarnais au peuple Kurde /  PCF  /  ADECR /  MRAP  /

NPA  /  Syndicat étudiant albigeois. /Solidaires, Sud éducation Tarn, CGT


 
Soirée de soutien à Exarcheia PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Laurent ROUZIERE   
Jeudi, 17 Octobre 2019 09:32

 
Suicide de Christine Renon PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Laurent ROUZIERE   
Jeudi, 17 Octobre 2019 09:34

Suicides dans l’Éducation Nationale : plus jamais ça

Le 03 octobre 2019, toute une profession a rendu hommage à Christine Renon, notre collègue

directrice d’école, épuisée par ses conditions de travail, épuisée jusqu’à s’en donner la mort. Grèves

et rassemblements ont signifié notre chagrin, notre détresse, notre colère aussi.

Pendant ce temps, au Ministère, on regardait ailleurs, sourd aux mots qu’avait laissés Christine

Renon avant de se donner la mort. Pire encore, on aurait voulu empêcher la circulation des lettres

dans lesquelles Christine Renon expliquait, à ses collègues et à l’Institution, les raisons de son

suicide, décrivant ses conditions de travail, les « soucis » auxquels elle était confrontée, « les petits

riens qui occupent 200 % de sa journée », la « violence de l’immédiateté » dans laquelle elle était

contrainte d’agir, et puis son isolement, et puis son manque de « confiance au soutien et à la

protection que devrait nous apporter notre institution »…

Lire la suite...